Perfection. Ou, presque …

5 décembre 2018

Non classé

46511187_354496625380193_5675083692867846144_n

Ellie Bishop descendit de sa voiture sans voix. Dans son immeuble, un incendie terrible a vais ravagé le bâtiment, les pompiers, la police, des ambulances. Elle ce dirigea vers le capitaine des pompiers et lui demanda information. Elle reçu comme réponse que l’immeuble avait prie feu a cause d’un important cour circuit au rez de chaussée. Bishop retourna ensuite a sa voiture et y entra, elle songea tout d’abord a un hôtel, mais a l’heure qu’il était, elle renonça. Elle était a quelque mètre, un kilomètre tout au plus, de chez MacGee, et se dirigea en voiture vers chez lui. Mais en chemin elle se souvint que Tim devait probablement être avec sa famille maintenant elle refusa de dérange. C’était par principe moral. Elle songea ensuite, a Torres, mais sachant ce dernier en mission spécial sous couverture, elle renonça, ce qui l’arrangea bien. Elle réfléchi encore, Ducky, non elle ne voulais pas le dérangé dans ses habitudes, Palmer, marier et trois enfants. Elle se gara alors près d’un bois et ce promena pour essayer d’analyser la situation sans détour. Elle s’assit, sur un banc public, au loin une bande de jeune jouer. Ils sifflèrent en la voyant mais elle les ignora superbement, elle marcha un peut et fit les cents pas encore et encore dans tout les sens. Puis elle pris sa position fétiche sur le banc et recommença a faire le point, mâchant le hot dog qu’elle venais d’acheter. Elle voulut attraper sa boisson mais sa main, ou plutôt son majeure, heurta le banc et elle grimaça. Le banc était dégrader et abîmée. Elle maudit les petits cons, présent il y a une demi heure et continua de manger son hot-dog, elle remarqua alors un écharde. « Et Merde … si ce banc était réparé comme il ce doit ! Il faudrait l’apporté a … » elle s’interrompit, et se redressa d’un coup, faisant sursauté le couple qui se bécoter en face. Elle sortie sont téléphone. Elle chercha et composa le numéro «  Leroy Jethro Gibbs » et appela.

A quelques kilomètre de la, dans sa cave, Gibbs était allongé sous son bateau en train de fixer des nouvelles planches. Il se dirigea vers son étale à outils. Il chercha un ciseau à bois, quand à la télévision le présentateur dit «  … mais encore un fut nommer ce soir, la police est sur les nerfs on ce demande qui a pu lancer cette vague de feu meurtrière. La police commence a penser que les guerres de gang son passé a un autres rythme, bien plus élevée, maintenant je laisse la parole a …» il recoupa le son. Remis ses lunettes de sécurité et retourna sous le bateau, il bricola encore un moments. Quand il remonta, il posa un manche de gouvernail. Il admira son travail et fixa la partie au bateau. Quand sont téléphone se mit a sonné. Il lâcha tout et il décrocha.

«  Oui. Gibbs.

      • Gibbs c’est Bishop. J’ai un soucis d’appartement, est ce que par hasard vous pour…

      • J’ai vu la télévision. Venez. »

Elle raccrocha. Elle avait un toit pour la nuit. Elle s’arrêta en toute hâte a une station essence et acheta un belle bouteille de bourbon. Elle démarra ensuite et fila chez son patron. Elle entra, son sac a la main. Gibbs était en train de faire du café, elle constata l’heure et déclina l’offre.

«  Que disent les infos alors ? Demanda Bishop

      • Ils pensent à une guerre de gang.

      • Et vous ?

      • Tant qu’il n’y a pas de Marins mort. Ce n’est pas mon affaire. »

Bishop suivit son patron jusque l’étage. Elle dormais dans une chambre spacieuse et chaleureuse. Les murs de couleurs crème, le sol en chêne brun. Un décoration simple et chaleureuse. Un lit deux place, rudimentaire mais confortable. Bishop posa son sac et se coucha sous le sourire amusé du Sergent. Elle ce redressa.

«  Merci Patron.»

Gibbs lui intima l’ordre de bien fermer la porte d’entrée quand elle aurais vider les maigres sac de vêtements de sa voiture. Il quitta ensuite la pièce. Et retourna dans la cave. Eleanor, vida donc ses sacs, rangea dans l’armoire ses vêtement tout propre. Vêtement que sa maman, lui avait repassé, elle sortie un cadre photo, ou elle était avec ses frères, photos qu’elle avais fait pendants les vacances et l’installa sur la table de nuit. Elle sortie ensuite son ordinateur sur le bureau. Elle l’ouvrit, pour voir ses e mail. Elle se rappela soudait ou elle était. Elle soupira et referma son Apple. Elle enfila rapidement un pantalon de survêtement trop grand et descendit voir son chef. Quand elle arriva elle demeura silencieuse. Gibbs était en train de peindre une des planches destiner au bastingage. Bishop admira le travail de son boss. Mais au moment ou elle posa sa main sur le bois elle étouffa une exclamation de douleur. Elle se rappela l’écharde. Gibbs, leva les yeux vers elle.

«Venez ici.»

Elle s’approcha, il lui attrapa délicatement la main et a l’aide d’une pince a épilé, il retira la dite écharde sans ajouté un mots. Elle sourit en guise de remercient. Puis se retourna vers le bateau. Bishop se rappela les journées au jardin. Elle finissait dans les rosiers avec des épines partout et son père lui enlevé les une après les autres.

«Comment allez vous l’appelez?

      • Je n’ai pas encore choisi. Dit il en servant du bourbon dans un verre. Merci pour la bouteille

      • Merci à vous pour la nuits» Dit elle en souriant.

      • Pour LES nuits Bishop »

Bishop porta le verre a ses lèvre et bu une gorgé. Elle ne grimaça en aucuns cas. Gibbs quand a lui le but d’une traite. Elle fini sont verre et le posa sur l’établie.

« Je vais me coucher. Vous reprenez aussi demain ?

      • Oui

      • Bonne nuit Gibbs.

      • Bonne nuit Bishop. »

Bishop se retourna soudain et redescendit les escaliers sous l’œil du marins, elle ce mordis la lèvre. Elle s’entortilla les doigts, et avança tel une enfants qui aller avouer une grosse bêtise a son papa. Mais il n’y avait rien de bien grave. Gibbs, la fixa et haussa les sourcils, lui faisant signe de parler. Elle rougit un peut et dit.

« Avec tous ce remue-ménage j’ai pas…

      • Allez a l’essentiel Bishop !

      • Vous auriez un tee shirt pour la nuit a me prêté? »

Il était 6h55 du matin le lendemain et dans le quartier tout le monde dormais encore, plus ou moins. Fornell gara son pick-up devant la maison de Gibbs et entra. Il regarda sa montre , elle indiquer 7h pile. Il savait que l’ancien sniper avait des goût militaire. Bien a l’heure. Fornell ce dirigea vers le salon.

«  Gibbs ? » cria t il.

Il ce dirigea automatiquement vers la cave et ne vis personne. Puis, revenu dans l’entrée il s’assis dans un fauteuil, et attendit. Dans l’ombre, de l’escalier qui monté a l’étage il remarqua une forme. Quelque choses qui traîner là. Il s’avança et envoya la main, ce qu’il attrapa était doux. A la lumière il vit un … soutient gorge. Bien comme il faut, de qualité et tout. Il souris, rigola même, il retomba dans le fauteuil et observa. Il etait en dentelle, rouge érotique, a motif papillon, de couleur noir d’encre. Dans l’évier il remarqua deux verres, il senti. Du bourbon. Gibbs avait donc passer la nuit avec une femme. Il chercha d’autres indices et remarqua une voiture garer a coter de celle de son meilleur ami. Il sourit comme un enfant un peut hébété. Il était ravis bien-sur mais un peut déçu de le découvrir tout seul. Il resta dans ses pensées encore un moment quand …

« Hum bonjour Agent Fornell »

Fornell, fut ravis d’être assis, devant lui se tenais l’agent Bishop, Fornell ouvrit la bouche mais aucun son ne sorti. Bishop était vêtu d’un tee shirt trop grand, ou ce lisait en gros «  USMC » (United State of Marins Corps) sur un font gris. Il n’y avait donc pas de doute. Elle récupéra son soutien gorge encore dans les mains de Fornell et ce dirigea vers la cuisine, elle remarqua un bol posé et tout ce qu’il fallait pour un petit déjeuner en règle. Elle eu un petit sourire qui n’échappa a Tobias encore assis … Son visage parcourra celui de l’agent en tee-shirt. Elle c’était assise, de profil, en tout cas il voyait comme ça. Le dit »Tee-shirt » remonter jusque ras le début de ses fesses, a en voir son visage, elle avait pas beaucoup dormi, et sembler nostalgique. Il sorti de sa torpeur et ce dirigea vers elle, s’assit a table. Mais resta silencieux.

«  Vous … Vous … Vous …

      • Moi … Moi … ? dit elle en fixant l’agent du FBI

      • Vous … Avez … Avez … Couchez ?

      • Oui j’ai couchez oui … »

Tobias, attrapa une tasse, versa du café, il resta perdu de nouveau dans ses pensées et réfléchie tellement qu’il en oublia le dit café qui dégoulina sur la table. Il essuya le résultat sous le rire délicat de Bishop. Il le but d’une traite ! Il recommença deux fois encore. Bishop fini son petit déjeuner et débarrassa son bol et ses couverts, puis commença a faire la vaisselle. Elle se tenais sur la pointe des pieds dans un équilibre parfait et sifflota une chanson Disney.

«  Quand vous dite que …

      • Et bien ? dit elle

      • Toute la nuit ? Demanda l’agent du FBI

      • Oui quand on couche c’est toute la nuit en règle général répondit l’agent du NCIS

      • Je vois. Et … ? dit Fornell en buvant un 4eme tasse de café.

      • Et franchement c’est quelqu’un de bien et intentionné, il a même prévu un petit déjeuner juste pour moi. Répondit Bishop en essuyant sa vaisselle

      • Mais il est si dur d’ordinaire !

      • Et bien pas pour tout et tous le monde. Avec moi il a était très tendre »

5eme tasse cul-sec. Fornell resta là pendant que Bishop quitta la pièce pour aller a la douche. «  Et la règle numéros 12 … Ne pas sortir avec un collègue de travail ? » Fornell savais que Gibbs pouvais parfois enfreindre ses propres règles. Mais pas celle ci, il en était sur ! Pourtant, Bishop avait l’air heureuse et comblé. Il avait bu du bourbon, ensemble avait du discuter et probablement s’envoyer en l’air TOUTE LA NUIT. Fornell transpira grosse goutte. Il resta alors là, les yeux dans le vague.

« Tobias, tu est déjà là ? »

Fornell échappa de peut à la crise cardiaque. Il regarda Gibbs, mais n’ajouta rien. Le Marins quand a lui était déjà en train de perdre patience. Il lui fit son terrible regard noir. Il vida pour la sixième fois le contenu de la tasse. Et sourit grandement. Le visage de Gibbs resta de marbre. Il leva les sourcils. Ce qui indiqua un début de colère certaine.

« Quoi? »

Quelques minutes plus tard, au bureau, quand Bishop passa la porte, Abby ce jeta sur elle, la renversent presque au passage.Très toucher du geste de son ami. Elle souris.

«  C’est bon Abby, elle va bien. Dit MacGee  au loin derrière Abby.

      • Timothy MacGee  plus jamais tu ne me dit se que je doit faire sinon … Répondit Abby de sa voix autoritaire.

      • Non Abby ! Cette fois ci tu ne m’aura … »

Mais il ce tue. A coter d’Abby venais de surgir Dilaila, les bras croiser, fusillant MacGee et Bishop du regard. Bishop, resta étonné devant le regard noir qu’elle pouvais avoir. Elle ouvrit la bouche et ne dit rien. Même Torres qui arrivé a cette instant précis s’arrêta net. Il regarda la scène avec un grand intérêt. Il filma même le moment avec son portable. Un silence de pierre s’installa dans l’open space. On se serait cru a la fin de « Et pour quelques dollars de plus ». Tout le mon était sur pause. Bishop ferma la bouche pour a dixième fois.

« J’étais inquiète dit Dilaila

      • Comme tu le vois tout va bien. Répondit Bishop. Souriante

      • Tu à l’air épuisé. Remarqua MacGee, inquiet

      • Tout va bi… Répondit Bishop, de sa voix la plus rassurante.

      • Alors ! Que c’est il passé ? l’interrompis Abby

      • Il y a eu un dysfonctionnement dans le système de chauffage , ce qui causé un cour circuit ce qui a causé un incendie. Voila vous savez tout.

      • On a tous vu la télévision ici hein ? Demanda MacGee

      • Oui répondirent Torres, Dilaila et Abby.

      • Et ? Lui dit Bishop, en le fixant.

      • Et bien tu aurais pu nous rassuré. En nous passant un coup de téléphone. Dit Dilaila.

      • Vous pouviez appelez aussi. Dit Bishop sans sourire ce coup-ci »

La réponse d’Eleanor jeta un grand silence dans l’open space. Chacun resta sur sa position. Ce fixent les un les autres. Bishop avait son regard bien plonger dans celui de Dilaila. Quand…

« Oh ! Eleanor. Comment allez vous très chère ? Lança joyeusement Duky,

      • Tout va bien Docteur.

      • Je suis quand même très rassuré de le savoir. Mais … – il fit signe a Bishop de d’approché, ce quelle fit – Mais vous auriez put appeler, nous avons tous vu, les actualité ici.

      • Vous avez raison Docteur. J’aurais dû.

      • Fort bien. Tant que vous allez bien. J’en suis que plus heureux. Souris le docteur Mallard »

Ducky les quitta là. Dans silence détendu. Abby interroger MacGee du regard, Torres observé la situation. Toujours dans un coin, sourire au lèvres. Dilaila, quand elle observer Bishop. Elle pencha la tête sur le coter et dit.

«  Pourquoi, nous tu nous a envoyer balader alors qu’avec Ducky tu était si tendre ?

      • C’est la classe de Londres je pense.

      • Non c’est juste que comme nous tous tu respect Ducky. Lança MacGee »

Dilaila, aller ouvrir la bouche pour ajouter quelque choses quand Gibbs surgit de nul part et ce dirigea vers son bureau.

« Un Marins mort, dans un appartement brûler a Kansas City.

      • Patron est ce sa veut dire que nous devons prendre des affaires ?

      • Oui MacGee. Nous partons le temps qu’il faudra. Répondit le chef d’équipe. »

Chaque membre sorti un sac de vêtement de sous leur bureau. Et quelque minutes plus tard tout le monde était a bords de véhicule pour Kansas City. Gibbs, conduisait une des voiture, avec MacGee et Palmer. Bishop se retrouva dans une voiture avec Torres. Le Missouri était plongée dans un froid hivernal. La neige recouvré les lieux et la campagne. L’équipe se gara et se mit au travail. L’appartement était situé a un 3eme étages, un odeur de brûler, plus celle du cadavre, Gibbs, se chargea de voir le corps avec Palmer. Jimmy constata rapidement que le cadavre appartenais a une femme.

«  Le quartier maître Sonia Albatros, de l’USS John MacGee Patron.

      • Une affectation Tim ?

      • Aucune, elle était en vacances, l’appartement appartient a un dénommé Tomas Jane.

      • Permission ? Demanda Gibbs.

      • Oui pour deux semaines, débuté il y a 24h. Elle a loué l’appartement sur RBNB. Dit Torres

      • Sur quoi ? S’exclama Gibbs

      • Un site internet de location d’appartement a la nuit. Dit Bishop qui arrivé avec l’appareil photo.

      • MacGee, Faite ce que vous savez avec inter…truc. Bishop avec moi. Torres trouvez nous un hôtel. »

Gibbs et Bishop partirent aussitôt pour l’adresse de Tomas Jane, il trouvèrent un homme bien agréable qui confirma qu’il avait bel et bien louer l’appartement au Quartier Maître. Il montra la facturation et la preuves donc de réservation, Bishop rangea les preuves dans un sac d’indice et il remercièrent le proprio. La soirée tomba rapidement, en retournant a l’hôtel, adresse donner par Torres, en format texto, il montèrent leur bagage, c’était un petit hôtel ancien, bien chaleureux avec seulement un 20e de chambres. Chacun avec la sienne. L’hôtel semblait sortir d’un autre temps, une tête de buffle au dessus de la cheminer, le sol en moquette rouge, les murs gris et bleu. La dame de l’accueil leur proposa un dîner, ce que l’équipe accepta. MacGee sorti donner un coup de téléphone a sa femme, Torres, prétexta une douche bien chaude. Bishop était en train de monter son sac a dos. Un truc énorme digne d’un film d’aventure d’explorateur perdu en plein Tibet sous une neige battante a la recherche d’un disparu.

«  Bishop !  L’interpella Gibbs

      • Oui ?

      • Vous avez oubliez ça. Dit en déposant une trousse de toilette

      • Merci Patron dit elle, en souriant »

Gibbs disparu, un petit sourire au lèvre, très très léger. Elle sourit a pleine dents, mais ravala le dit sourire, quand elle se retourna pour tomber nez a nez avec MacGee. Ce dernier était comme pale. Pris sur le fait, Bishop ne se démonta pas.

« Oui … Tim ? 

      • C’est quoi ça ?

      • Une trousse de toilette, collector, acheté pour mes 15 ans par mes frères et .. .

      • Non sa a la limite je m’en fou c’est juste … pourquoi Gibbs la sorti de son sac ?

      • Parce que Gibbs est gentil, et courtois.

      • Attend sa veut dire que … que … que tu a trouver un toit … chez lui ?! »

Là, pour le coup Bishop perdit son sourire et son assurance. MacGee, était debout perplexe, un sourire naissant. Bishop savais que ce sourire allez être dévastateur, ou plutôt annonciateur de situation dévastatrices. Elle se mordis la lèvre et resta toutes gêner, se sentent rougir elle quitta Tim aussi sec et se réfugia dans sa chambre. Elle craigne le pire. Mais ce quelle ignora c’est le repas magique qu’elle aurais le soir même. Elle descendit vers 19h45 pour rejoindre ses collègue autour d’un dîner. La salle était chaude et bien tenu, une grand table avait était dressé, MacGee pianoté sur son ordinateur portable, Bishop s’assit a la table en face de lui et lui dit

«  Ça doit rester entre nous, tu sais ce qu’il ses passez ce que …

      • Je suis pas Tony moi. Sourit MacGee

      • Vraiment ?

      • Ne t’en fait pas. La rassura MacGee

      • Merci Tim »

Le dîner se déroula sur cet entre fait,Gibbs fut amicale et un peut souriant, Tim raconta ses mésaventure de père famille, soutenu par celles de Jimmy Palmer, Bishop leur conta ses vacances dans l’Oklahoma. La vie de la ferme fit rêver Torres, et Gibbs qui se souvint de journée en pleine nature avec sa femme et sa fille. Souvenir qu’il garda muet et pour lui. Il se couchèrent ensuite tous.

Le lendemain matin, Ellie, descendit pour le petit dej, tous était encore en haut, elle avait mal dormis, pourtant le froid de la campagne ne la déranger pas, mais le simple fait de ne pas être dans SON lit lui posa problème. Un buffet a volonté pour le petit dej attend sagement, rien ne manquer. Elle se dirigea vers le dit « buffet » et pris une assiette, elle se servit de tout et posa sur la table, elle s’assit et entama de manger. Gibbs, surgit de nul part, encore ce qui la fit sursauté. Il avais une tasse a la main et était tout prêt pour une journée de travail, sur la table il posa son insigne et son arme et se servit du bacon et des œuf puis revint s’asseoir. Il mangea en silence et n’ajouta rien. Il ne dirent rien et continuèrent leur repas, Gibbs consulta son téléphone, des message d’Abby attendait, concernant l’enquête. Ellie de son coter regarda des appartement sur internet, elle en cherche un pas trop grand, plutôt ancien et dans un bâtiment avec ascenseur. Ils furent ensuite rejoint par Torres et MacGee qui discuté d’une série, visiblement Tim essayer de convaincre Torres de voir « Game of Thrones », ce a quoi Torres répondis qu’il préféré le silence et le sport a tout autre distraction. Tim renonça et vint s’asseoir a table avec les autres. Il était de bonne humeur, Ellie n’ajouta rien. Plus tard, quand Palmer les rejoins, il finirent leur déjeuner.

«  Quels sont les ordres Patron ? Demanda Tim

      • Vous allez chercher la voiture a la fourrière. Prenez Torres.

      • Je contact le docteur Mallard ? Demanda Palmer

      • Communiquer lui vos découverte. A Abby aussi.

      • Et moi ? Demanda Bishop

      • Avec moi nous allons au bureau du NCIS de Kansas City, et voir ce qu’ils ont sur notre victime. »

Plus tard dans la mâtiner en sortant du bureau avec quelques notes, des notes sous le bras. Gibbs, propose un café a Bishop que cette dernière accepte. Il sont assis en terrasse, malgré la neige le soleil y est doux et les gens en profite avant que la neige revienne. Gibbs écoute Ellie, qui lui fait part des choses quelle a découverte sur la victimes, et il donne un avis, court et claire a la fois. Puis silence.

« Merci.

      • Pour ? Demanda Gibbs

      • Ma trousse de toilette.

      • Vous êtes un peut tête en l’air Bishop, on a tous des défauts

      • Oui oui faut croire mais quand même je … Commença Ellie, avant d’être interrompu

      • Gibbs ? Bishop ? »

Gibbs ce retourna, ce leva sourire au lèvres, devant eux ce tenais, Tony Dinnozzo, bronzé et le sourire aux lèvres. Bishop quand a elle, se senti tres tres mal. Tony la sera contre lui il s’installa avec eux et Gibbs lui commanda un café.

«  Que fait tu dans le coin Dinozzo ?

      • Je suis en visite, voir des amis, et de la famille avec mon père, ma fille, il est en train de réserver a l’auberge du Lumby …

      • Lumby-Boy ? Dit Bishop

      • Oui voilà.

      • On est installer là-bas aussi dit Gibbs.

      • Oh … je vois. Avec le reste l’équipe je présume. Qui est la ? Demanda Tony, souriant

      • Tim, Torres, Palmer.

      • MacSherlock est ici ? Il a réussi a quitter son ordi compétition pour une semaine ? Et alors vous êtes sur une enquête ici ?

      • Oui. Répondit Gibbs

      • Oui ? Interrogea Dinozzo

      • C’est tout ce que tu dois savoir Dinnozzo.

      • Je vois que certaine choses ne change pas. Rigola Tony. »

Quand 18h sonna tout le monde se retrouva pour un briefing, chacun expliquant ses avancé, appréhension du suspect était proche. Gibbs donna quartier libre a l’équipe pour la soirée, rappelant le dîner a 20h. Quand le dîner arriva, Bishop descendit plus tôt, une table avait était dresser, plus longue, dans un coin discuter Tony et MacGee, le fou rire garanti, Ellie salua Dinozzo Senior, qui avait sa petite fille sur les genoux. Gibbs lui était devant le feu en train de boire un café, Torres quand a lui regarder actualiser sur internet, tout écoutant les bêtises de Tony et MacGee. Le repas fut d’autant plus rigolo, si bien que Ellie se prêta au jeu. Plus tard après le dîner, il se retrouvèrent tous dans le salon de l’hôtel, assis dans des fauteuils, une bouteille de bourbon bien entamé. Gibbs les avait quitter pour aller dormir, suivit de Dinozzo père. Ellie avait les jambes replier sous ses fesses, à sa droite était Tim. Puis il arriva le moment ou …

«  Hum et si on parler de notre amie Bishop qui se fait toute discrète ? Lança Tony

      • De moi ? S’étonna-t-elle, un peut pompette

      • Oui et de … ta trousse de toilette ? » Dit Torres bien allumer aussi

Le silence tomba sur notre équipe un silence lourd, et pas franchement sympathique. Ellie, resta muette et l’alcool descendit d’un coup. Torres la regardé avec un sourire parfait. MacGee, en fut tellement surpris.

«  Quelle tousse de toilette ? » Lança Tony, encore bien chaud.

Torres, sortie son portable. La scène devint un cauchemars pour Bishop, elle vit avec horreur Torres sortir son portable, et montré la vidéo du moment ou Gibbs, lui donner l’objet en question. Ellie, s’étouffa quand elle vie les yeux de Tony se tourner vers elle. Ce dernier aborda un sourire immense. Il éclata de rire.

«  Tu nous explique ? Demanda Torres

      • Tu a osez me filmer ? Dit elle énervée

      • Pourquoi Gibbs ? Demanda Tony

      • Répond a ma question Torres ! dit elle en se levant

      • Répond d’abord a celle de Torres Dit Tony, sourire au lèvres, amusé comme jamais

      • C’est toi qui ma trahi alors ? Dit elle en se tournant vers MacGee

      • Oh ! J’ai promis de rien dire ! Dit MacGee

      • Mais tu était au courant ?! Dirent Tony et Torres d’une même voix

      • Je … j’étais dans le coin … mais c’est pas si grave et puis Tony de quoi je me mêle …

      • Mais attend MacGuignol ! Bishop et Gibbs, le couple du siècle ! Le coupa Tony soudain, imaginatif, les yeux levers vers le ciel, les bras ouverts

      • Je ne suis pas en couple avec Gibbs !

      • Pourtant dit Torres, il était bien tendre avec toi paraît-il ?

      • Mais non ! C’est Gibbs enfin ! S’offusqua-t-elle

      • Gibbs ? Tendre ?! Tu débloque Torres ? Répliqua Tony

      • Mais sur quel fait tu base une théorie aussi inutile ? Dit MacGee a Torres

      • C’est Abby !

      • NON dirent ensemble Tony, Tim et Bishop

      • Pourquoi ? dit Torres en se redressent

      • On ne dénonce JAMAIS Abby sinon elle le saura ! Dit Tim en se levant a son tour

      • OK on ce calme dit Tony, laissant Bishop, Tim et Torres s’asseoir, Maintenant, repris-t-il, explique nous cette histoire avec Gibbs, et en détail je te pris !

      • Y a rien a expliquer dit Bishop, Gibbs ma donner ma trousse parce qu’elle était tomber de mon sac a dos. Rien de plus

      • Vraiment ?, dit Tony, pas franchement convaincu

      • Il est petit ton argument Bishop dit Torres, au bord de la crise de rire

      • Il est a la hauteur de ton intelligence Nick ! Répondit Ellie qui commencer a vraiment sentir la colère naître en elle, qu’elle décida de masqué de toute ses forces.

      • Allez Bishop on rigole dit Tony »

Elle fit quelques pas dans le salon, sous le regard des trois garçons, elle maudit Torres, plusieurs fois, et ragea après lui intérieurement. Elle s’assit sur un fauteuil. Et ne dit plus un mots. Tim lança un regard oblique a Torres, Tony quand a lui se contenta d’observé la scène. Il se redressa, et s’approcha du feu de cheminer en silence. Tim tourna ensuite la tête vers Ellie, cette dernière avait les yeux dans le vague et ne disait plus rien. Elle croisa les yeux de MacGee, ce dernier, lui lança son regard le plus désolé possible. Elle lui fit un léger sourire en guise de réponse. Ce qui rassura MacGee quelque peut. Elle se leva ensuite et sortie du salon. En silence sans un mots de plus. Monta se coucher. Le lendemain matin, elle sorti de la chambre, pour aller vers une salle de bain, la porte était mal fermé, encore fatiguer, sous l’effet d’une petite gueule de bois. Elle entrouvrit la porte et surpris Gibbs, de dos, torse nu, en train de finir de se sécher les cheveux, rasé de près. Vu sous cette angle, elle se surpris, a pensé qu’au final, il était encore en bonne santé physique. Son dos lui démontra quelques cicatrices. Elle était tellement entrain d’observer quelle se rappela soudain, son tee-shirt « USMC » sur le dos, breveté « Sniper ’s Unit », qui lui arrivé juste en dessous des fesses. Elle était visible par n’importe qui, surtout si quelqu’un devais sortir de sa chambre a se moment précis. Elle regarda autour d’elle, et par reflex entra dans la salle de bain et ferma derrière elle. Elle souffla. Et ferma les yeux pour reprendre ses esprits. Respira fortement.

« Hum Bishop ? »

Elle ouvrit les yeux, et vit de yeux bleu, acier la fixer du regard. Elle se rappela soudain Gibbs, face a elle torse nu, il la fixer juste. Elle ouvrit la bouche et ne dit rien, elle ferma la bouche. La rouvrit, sans aucun son. Gibbs était debout, silencieux et la fixer du regard.

« Que faite vous là ? Dit-il enfin

      • Je …

      • Vous ? » Dit il amusé

Elle baissa les yeux, honteuse. Il en fit autant, et les détourna aussi sec quand il remarqua la tenu de l’agent face a elle. Elle se mort la lèvre. Et attendit. Silencieuse. Gêner. Gibbs resta un moment sans rien dire, ni rien faire. Il récupéra ses affaires et sortie. Elle resta silencieuse un moment et alla sous la douche. Les quelques jours qui suivirent se termina par la conclusion de l’enquête, en effet, le NCIS du Missouri pris le relais sur l’affaire en cour. L’incident de la salle de bain resta muet et personne n’en su quoi que ce soit. Le long retour vers Washington commença, les heures d’autoroutes se suivirent les unes des autres. Il firent halte pour la nuit dans un motel. Le « Coco- Bongo ». Un hôtel perdu sur une air d’autoroute, ambiance année 60, la musique douce, un sauna a disposition des client, et un réfectoire sur le thème d’Hawaï. Dans la réception, l’équipe, suivit de près par Dinozzo père et fils, se garèrent sur le parking, ou il virent quelques voitures. Bishop descendit de voiture, rêvent d’une choses, une bonne douche pour essayer de chasser ce mal au cœur, du a l’eau de Cologne de Torres. Elle avais le cœur soulever et avait envie de retrouver un appartement rapidement. Bien qu’elle se senti bien chez Gibbs elle ne voulais pas non plus lui empoissonner le quotidien. Elle avait la tête perdu dans ses pensées. Elle ne remarqua même pas que MacGee était sortie avec des passe de chambre.

« Ça te va ? Lui répété Tim pour la troisième fois

      • Oui dit elle, en sortant de ses pensées.

      • Sure ? demanda Tim, étonné

      • Oui, t’inquiète pas. Je suis une grande fille.

      • Chambre 34 alors. Dit Tim.

      • Merci MacGee »

Elle se senti en panique, elle n’avais rien écouter de tout ce que venais de dire Tim, elle vit que Tony et Senior était a 60, soit au bâtiment opposé au sien ce qui l’arrangea, Torres et Tim au 17. Elle ne se soucia pas plus du détail et pris son sac. Elle se dirigea vers sa chambre, ouvrit, c’était chaud et confortable, de la moquette au murs, un écran large, un petite salle de bain, de quoi faire du thé, des serviette pour le jacuzzi. Elle enfila rapidement un maillot acheter a un distributeur et ce dirigea vers le dit jacuzzi. Elle était toute seule, soupçonnant Tim sur son ordinateur portable, Torres en train d’écouter de la musique sur le parking, Gibbs au distributeur de café, Dinnozzo père et fils qui devait chercher a rencontré des filles, probablement. Elle se détendit et ferma les yeux, le jacuzzi, parfumé a la vanille et noix de coco, la transporta dans un bon voyage de détente. Elle laissa derrière elle cette affaires sordide, et respira a font pour se détendre. Elle sortie une heure après, et retourna vers la chambre pour se laver. Elle entra dans la dite chambre. Ouvrit son sac, sortie sa trousse de toilette. Elle retira, son pull, chemisier, chaussures, pantalon, chaussettes, et sous vêtements, quelle glissa dans son sac et en sortie des tout neuf, ainsi que son pyjama, a savoir : le tee-shirt de Gibbs, elle déposa une serviette de bain sur le lit, et se dirigea ainsi vers la douche. A ce moment précis, elle entendit la porte s’ouvrir, glacé d’horreur elle en conclut avoir mal fermer. Elle sortie alors, toute nue de la salle de bain. Et tomba nez a nez avec Gibbs. Ce dernier tourna immédiatement la tête et ce retourna. Les cheveux couvert de neige, il avait un café a la main, il déposa son grand gobelet sur la table d’entré et intima l’ordre de « sortir » a Bishop, pour lu même aller sous la douche. Elle s’offusqua, non seulement il était alors qu’elle était toute nue, mais en plus il donner les ordres, elle ouvrit la bouche en grand.

«  Vous avez pas entendu ce que nous a dit MacGee ? Lui dit il

      • Ce que ? Quoi ? Dit elle en ce cachant, poitrine et intimité

      • MacGee a dit que le motel était complet.

      • Mais que … ça vient faire quoi ici et puis j’étais en train d’aller sous la douche !!!

      • On partage la chambre. »

Bishop ouvrit la bouche en grand. Elle ferma les yeux, oublia quelle était toute nue. Elle s’assit sur le lit, entendit Gibbs installer un serviette dans la salle de bain et elle ferma les yeux, ce voyage aller la rendre folle. « A quand la fin de ce putain de cauchemars ? » ce dit elle. Elle respira et essaya de ce calmer, quand on frappa a la porte, puis qui s’ouvrit, d’un coup. Ellie vit la scène au ralenti et ce cacha dans un coin, a l’abri du regard de Tony. Gibbs sorti de la salle de bain. De son point de vu il avait Tony face a lui, et das un coin, il y avait Bishop cacher derrière. Nue. Gibbs ne laissa rien paraître

«  Que ce passe t il Dinozzo ?

      • Mon père demande si c’est bien a 8h le dépars pour Washington demain ? Tu le connais j’ai beau eu lui dire oui il …

      • Départ prévu pour 8h. Confirmation »

Tony fit mine de ce retourner, mais il s’arrêta en plein geste et finalement, ce retourna pour faire face a son ancien boss. Il s’appuya contre la table et dit Bishop manqua un arrêt cardiaque, ce qu’il la remplie d’effroi ; c’est qu’elle devais se couvrir pour ne pas être vu ainsi. Elle entrepris de se déplacer doucement, ce qui n’échappa aucunement a Gibbs. Qui essaya de faire comme si de rien était.

« J’ai pas encore eu le temps de te dire que je suis contant de te revoir.

      • Plaisir partagé Tony

      • Je sais que tu connais mais Paris est une ville formidable.

      • Je connais oui. Dit l’ancien Marine

      • J’ai promis a Tali de lui rapporté un jouer en bois, tu en aurais chez toi ?

      • Toujours.

      • Merci Gibbs 

      • Au plaisir. »

Tony se retourna et finalement a nouveau vers Gibbs, qui lui n’avais pas bouger d’un millimètre depuis le début de leur « conversation ». Il s’approcha et dit. Bishop était presque arriver a ses vêtement, Gibbs se déplaça pour que Tony le suivent du regard.

«  Mon père invite l’équipe ce soir mais ne sais pas si tu voudrais manger chinois ou turc, paraît qu’il y en a un sympa pas loin.

      • Turc est très bien.

      • Je transmet »

Tony se retourna pour sortir et resta fixer. Bouche ouverte ; En silence. Elle ce tenais là, toute nue, comme sur pause. Gibbs quand a lui leva les yeux au ciel. Elle ce mordis la lèvre. Les bras cachant sa nudité. Elle était la dans la chambre sous le regard de deux hommes, nue, les cheveux en chignon, humide. La scène fut comme sur pause. Tony, la reluqua de haut en bas, le sourire au lèvres. Elle était rouge pivoine, elle attrapa la serviette sur le lit, et s’enroula dedans. Tony reçu une calotte. Étonné il se tourna vers Gibbs.

« Pourquoi tu ….

      • Tu aller partir Dinozzo ! » dit Gibbs fermement

Bishop, sourit. Attendis. Elle remercia le ciel d’avoir envoyer Gibbs sur terre. Dinozzo quand a lui ne savais plus ou se mettre et décida de quitter la pièce. Sous le regard de Gibbs il quitta la chambre non sans un dernier regard vers elle. Quand la porte fut fermer. Gibbs verrouilla a chef. Puis il se dirigea vers la salle de bain. Il en ressorti. Bishop était en train de sortir des vêtements de son sac. Il s’approcha et dit

«  Règle numéro 12 ?

      • Ne jamais sortir avec un collègue répondit elle mécaniquement

      • Règle numéro 35 ?

      • Toujours observer les observateurs »

Il n’ajouta rien et s’enferma dans la salle de bain. La laissant la, le visage et la tête rempli de questions. Elle s’habilla et essaya de penser a autre choses, elle ce dit que sa aurais put être un juste retour des choses, vu qu’elle l’avait vu torse nu, mais a quoi bon ? Elle venait de se retrouver toute nue devant Gibbs, son patron. Et cette nuit elle devrais dormir avec lui. Elle cacha son visage dans ses mains et soupira, elle respira très fortement. Et enleva ses mains. Elle enfila rapidement son jeans, ses baquettes et sortie pour respirez l’air frais. Elle croisa Palmer en train de téléphoner a sa femme pour lui dire qu’il rentré bientôt. Quand elle arriva dans ce qui devait être un réfectoire elle remarqua une air de jeu vidéo, elle mit une pièce et ce défoula en tuant du zombie. Le repas arriva bien vite après, la nourriture Turc était bien bonne et tous le monde fut détendu, Bishop veiller a voir si Dinozzo aller balancer un truc, mais en présence de Gibbs, il ne dit rien, probablement de peut de se prendre une calotte encore. En observent Gibbs elle remarqua que celui-ci aussi avait les yeux quelque peut perdu dans le vague. Elle se demanda ce a quoi il penser, il était difficile de le dire car sa maîtrise de lui-même était tellement grande que on ne voyait rien du tout. Gibbs tourna les yeux vers elle, Ellie regarda son assiette, elle ne vit pas que le Marines avait un légers sourire au lèvre. Elle fini son plat. Et tout continua dans un grands moments de détente. Vers 11h Gibbs, leur rappela le départ le lendemain et les quitta pour aller se coucher. Dinozzo senior en fit de même et il quitta la pièce en racontant a Gibbs lune bêtise que, je cite «  Junior avait fait enfant ». A la table il ne resta bien vite plus que Tim, Tony, Torres et Palmer. Ellie était en train de finir son café, quand elle remarqua que Tony la regarder, dans le fond, Tim expliquer a Torres que « Game of Thrones n’avais aucun lien avec le Seigneur des Anneaux » Torres, souffla d’ennuis, et du coup il dit soudains :

« Hem si on vous dérange prenez une chambre ?

      • Pardon dit Tony en tournant la tête vers lui

      • Quoi ? Tu plaisante j’espère !!! Répliqua Ellie en se redressent d’un coup

      • Tu débloque a plein régime Torres !!! Lui dit Tony

      • Ben tu arrête pas de mater Bishop depuis le début du repas ! Se Défendit Torres

      • Quoi !!! s’exclamèrent Palmer et Tim

      • Je confirme mes dirent ! S’affirma Nick en pointant Tony et Bishop des mains ;

      • De quoi tu parle encore ? Lui dit Palmer intriguer

      • Je ne matte pas Bishop ! Il n’y a rien a voir ! dit Tony en se tournant vivement vers Torres

      • Hey !!! S’indigna cette dernière, elle se redressa de son fauteuil

      • Une objection Bishop ? Lui lança alors Torres, amusé,

      • Oui je crois qu’il y en a une, car manifestement, Tony et Bishop partage un secret ! » Dit Tim, interloqué

Bishop ouvrit les yeux et la bouche en grand ! Tony quand a lui, toucha le front de Tim pour vérifier si tout aller bien puis il vérifia sont propre cœur voir si il ne rêver pas. Bishop se senti tres mal alors. Elle cacha sa au yeux des autres. Si Tim avait compris, Torres n’allai pas tarder a le savoir.

«  Qui êtes vous et qu’avez vous fait de Timothy MacGee ? Dit Tony

      • Ça va Tony ok, je suis capable d’observer tout seul et dirent ce que je pense en toute sécurité. Je repose ma question, que ce passe t il ?

      • Mais il y a rien ! Se défendis Eleanor

      • Tu plaisante avoue ! Lâcha Nick

      • Mais merde a la fin ! » Dit elle vraiment énervée

Elle se leva et quitta la pièce, laissant derrière elle, un silence de plomb entre les garçons. Les hommes se regardèrent et Palmer parti après elle.

«  Merde mais que ce passe t il ? Demanda Torres

      • Ci on te demande Torres tu dira que tu n’en sais rien

      • Avoue Tony ! Lui dit Tim

      • Avouez quoi MacGuignol ? Hein ! Lui rétorqua Tony

      • Je t’ai déjà dit d’arrêter ses surnoms ridicule !

      • Ok ok monsieurGemcity !Dit Tony levant les mains

      • Gemcity? répéta Torres, complètement perdu

      • C’est un surnom de … Commença Tony

      • Un anagramme de mon identité expliqua Tim

      • Comme Bruce Wayne pour Spiderman ? Demanda Nick

      • Alors déjà Batman est Bruce Wayne et … Enfin la question n’est pas là ! Timothy MacGee devient  Thom E Gemcitylui » dit Tony

A l’extérieur, Bishop sortie furieuse, rattraper de près par Palmer, elle s’arrêta net d’un coup sur le parking, Palmer la rattrapa en courant et s’approcha elle avait la tête baiser dans ses mains. Palmer, s’approcha d’elle, déposa une main sur son épaule, elle se retourna le sourire au lèvres.

«  Je t’avais dit que ça marcherai ! Lança t il

      • Je te doit 10 dollars ?

      • Non je le fait volontiers s’expliqua-t-il

Bishop contesta quelle n’avais jamais vraiment parler, en dehors du boulot avec Jimmy. A dire vrai ce dernier rester plus souvent dans dans le sous sol du bureau. Parfois il aider Abby. Mais sinon il ne rester que tres peut avec eux.

«  Alors Ellie … je peut t’appeler Ellie ?

      • Avec joie Jim. Dit elle en souriant

      • Jim ? S’étonna celui ci

      • Tu préfère Jimmy ?

      • Non, non Jim sera très bien. »

Ils marchèrent un peut, le parc qu’offrais le motel était très grand, au loin le silence de la montagne laisser place a un calme reposant. Ellie en profita pour respiré c’est dernières semaines avait était tellement difficile pour elle. Toutes ses maladresse occupé son esprit, elle ne savais plus vraiment ou en était. Sa relation avec Gibbs, entre autre, était de plus en plus compliquer,elle avait l’impression que quoi qu’elle face tout devenais de plus en plus compliquer.

«  Tout va bien ? Demanda Palmer

      • Oui, je … ‘fin je ne sais pas, il ce passe tellement de choses dans ma vie en ce moment. Que du coup je suis un peut perdu.

      • J’ai l’habitude moi tu sais …Que ce passe t il ?! Sauf si …

      • Et bien c’est compliquer … je ne sais que dire.

      • Tu vois ce qu’il y a du bien avec la vie c’est quelle est parfois compliquer, mais après sa va mieux

      • Et tu a conclut ça en observant des cadavres et en écoutant Ducky ?

      • Non j’ai juste compris que la vie est belle quand on la voie du bon coter »

Bishop reçu que Palmer avait raison. Malgré tout les petits problème a l’heure actuel, elle avait gagner en courage et en « bonne entente » avec Gibbs. Elle vivais sous le même toit, elle avait appris a connaître ses méthode digne de Clint Eastwood, savoir qu’il aimer finalement vivre seul, certes il avait perdu sa famille, mais il avait su revivre malgré tout. Eleanor reconnu qu’il était pas commun de croiser un homme de sa trempe. Elle remercia Jimmy et le laissa la pour aller ce coucher. Quand elle entra dans la chambre, Gibbs avait laisser une lampe allumer, dans un coin pour qu’elle puissent y voir. Il dormait sur le cote les bras replier sous l’oreiller. Sur la table de nuit, son insigne, montre, gourmette, elle déduit qu’il devait probablement avoir son arme sous l’oreiller. Elle enleva son pantalon et son chemisier pour mettre ensuite le tee-shirt qu’il lui avait prêté, non sans éteindre la lumière, avant. Elle resta un moment, là, sans bouger. Gibbs dormais silencieusement, a limage de ce qu’il était aujourd’hui. Sa respiration tait calme sereine, elle imagina son visage peut être moins fermer que a l’ordinaire, elle se demander si il rêver ou non de sa famille. Elle se roula sur le coter et s’endormit. Le lendemain matin. Eleanor, ouvrit les yeux, il était 6h30. Par reflex elle regarda sur sa gauche. Gibbs n’était plus dans le lit. Elle jeta un coup d’œil au sol et vis de la lumière dans la salle de bain. Elle se redressa doucement, se secoua la tête, attacha ses cheveux et se leva, elle attrapa son pantalon et l’enfila. Gibbs sortie de la salle de bain, en polo, et enfila sa vers ignorant superbement la jeune femme en soutient gorge dans la chambre. Il attrapa sa veste, son sac et sorti. Bishop, se passa de l’eau sur le visage et sorti de la chambre. Elle respira l’air frai du matin. Profita pour voir ses mail, elle avait une réponse immobilière, l’appartement avait était accepter. Elle souffla, ravis, et se dirigea vers le réfectoire de l’hôtel. Gibbs était assis en train de manger du bacon. Elle s’assit a coter de lui, sans dire un mots et tartina ses toast. Elle mangea un peut.

« J’ai trouver un appartement.

      • Je sais. Dit Gibbs en buvant du café

      • Que… Comment ?

      • Votre portable a fait bip bip bip.

      • Vous avez …

      • Oui. Dit il en ce tournant vers elle.

      • J’ignorai que vous saviez regardez dans un smartph…

      • Demander au Roi des elfes ses lui qui ma appris.

      • Je vais devoir vous quitter. Mais je reviendrai vous voir. Dit elle

      • J’espère bien Bishop. » Dit il En se levant de table.

Il quitta la pièce laissant, entré Tim et Torres. Manifestement Tim ronchonner car Torres avais ronfler toute la nuit. Ellie leur adressa un sourire. Et leur compta la nouvelle. Plus tard tout le monde se trouva sur le point de partir, et quelques heures plus tard ils furent tous a Washington, ou le directeur Vance les attendez pour un rapport, des félicitations, et un week end prolonger. Eleanor partie signer son bail, prévoir des meuble et du matériel électro ménager. Ce qui lui prie toute la journée et elle rentra chez Gibbs le soir. Eleanor remonta l’allée, marche après marche, elle constata combien elle se trouver bien chez Gibbs, car malgré sa rudes apparence, il était très soucieux des autres. En particulier d’elle. Elle savait qu’il y avait eu, et perdu, la gentille et vigilante Kate, puis la douce et guerrière Ziva, qui avait occuper le même bureau. Eleanor c’était beaucoup demander si, c’était la place qu’elle avait ou le simple fait qu’elle était comme elle était, maladroite, farfouilleuse et un peut farfelu ? Tout ce quelle savait c’est que Gibbs lui avait d’abord administré un traitement de faveur, mais Ellie en avait « choisi » de n’en avoir, ce que Gibbs avait parfaitement bien compris. Elle resta un instant a l’extérieur et devina la silhouette du marins devant la cheminer. Elle monta les marches et ouvrit avec son double de clé, Elle grimpa a l’étage et fis ses bagages,quelle redescendit. Puis elle elle se dirigea vers la porte, elle fut arrêter net par une odeur. Elle entra dans le salon, et vit, une lumière tamisé, la lueur de la cheminer qui brûler sereinement avec de gros morceaux de bois. Ellie sourit, malgré qu’il vis seul, il avait un très bon sens de la réception. Cela faisait maintenant 3 semaines quelle avait déposé son bagage chez Gibbs. Elle regretté de partir mais, elle ne voulais pas être en plein milieu plus longtemps. Elle descendit dans la cave. Gibbs était en train de peindre le nom du bateau. Elle passa derrière lui pour voir. Il l’avait baptisé « Oklahoma ». Ellie leva ses yeux vers lui et se mordit la lèvre. En souriant.

«  Vous allez finir par vous manger la lèvre Bishop »

Il tourna ses yeux vers elle. Dans son regard, elle se souvint de tout, l’arrivé, la trousse de toilette, le fait qu’elle l’ai vue torse nu dans une salle de bain, le fait qu’il l’ai vu toute nue, que de bon moment causé simplement par la maladresse légendaire d’Eleanor. Maladresse qu’il lui avait longtemps valu d’être la proie des moquerie, mais lui, Leroy Jethro Gibbs, jamais ne c’était moquer d’elle.

«  Vous attendez de la visite ? Demanda-t-elle

      • Non. Répondit-il

      • Il y a un délicat rôti qui cuit doucement alors je croyez que …

      • Venez par ici Bishop »

Elle le reconnu bien là, il aimer aller a l’essentiel dans toutes situations. Elle le suivit dans un coin de la cave. Il ouvrit un tiroir dans son établie, et sortie un emballage, en papier kraft, fermer avec de la ficelle solidement nouer, qu’il déposa devant elle. Elle s’avança, lui jeta un regard, elle ne compris pas, il lui incita à ouvrir le paquet. Elle commença par sortir son couteau, ce qui fit bien rire Jethro, et coupa les ficelles. Ce dernier, tout en la regardant était occuper a versé du bourbon dans des verres, bourbon qu’elle avait apporté le jours de son arriver. Quand elle enleva le papier, elle découvrit un plaque en bois, travailler et laisser a la couleur naturelle, il y avait écrit « Welcome ». Dans la lettre « O » il y avait un attrape rêve sculpté. Ce qui mettais bien son coter un peut rêveuse en avant. Elle ce tourna vers lui et lui sourit a pleine dent, les yeux pétillant.

« Ça vous plais ?

      • J’aime beaucoup mais … elle fonça les sourcils, depuis quand avait vous eu le temps de le faire ?

      • Depuis le Missouri.Toute maison doit être accueillante

      • C’était ce matin ! Dit elle, alors qu’il la regardait simplement dans les yeux.

      • Oui. Et ? Dit il

      • Merci beaucoup. Vraiment. Je ne sais que dire d’autre.

      • Alors ne dite rien, ce sera bien »

Il enleva le tablier qu’il avait autour du coup et le jeta dans un coin, éteignit la lumière, sous l’œil interrogative de la jeune femme. Il ce tourna vers elle, elle bu son verre d’une traite, ce qui le fit sourire franchement, surtout quand il vit elle essaya de cacher l’effet violant de l’alcool.

«  Alors, demanda-t il enfin, vous avez faim ?

      • Oh, je meurt de faim oui.

      • Laissez moi changer de chemise et j’arrive »

Il monta les escaliers quatre à quatre. Et disparu avec la souplesse d’un chat. Elle posa son verre sur l’établie et remonta doucement. Le dîner était pour elle, pour son départ, une dernière délicate attention. Quand elle fut en haut elle trouva dans une chemise de bûcheron. Il était en train de découper un chapon, pas loin sur la table il y avait des bougies, elle ne cru pas comprendre ce qu’il se passez. Jethro disposa le dîner et il commencèrent a manger.

«  … non franchement cet appart sera mieux que l’autre c’est au final une chance de pouvoir changer comme ça, certes j’ai perdu mes affaire dans l’autre mais bon, j’ai tout a recommencer … »

Pour une raison qui lui échapper, tout en parlant elle se rendit compte que Gibbs écouter ses mots les un a la suite des autres sans signes d’impatience aucun. Elle se demanda un moment si il était pas ravis quelle quitte cette maison.

«  … en plus j’aurais de la place pour mes frères quand il viendront et …

      • Ou est il ?

      • Hum – enfin il réagissait – dans le centre ville, près de la base. Vous comptez venir ?

      • Peut etre. » Dit il

Ils passèrent au dessert, un mousse au fruit maison. Elle savoura sincèrement, en repris volontiers et puis la fin du dîner arriva, alors elle aida Gibbs a faire la vaisselle, ou plutôt elle lui parler pendant qu’il s’en charger. Gibbs lui raconta a son tour son séjour au Mexique, avec son mentor Mike Franks, comme la conversation parler de voyage, il ce dit que c’était le moment de le dire, il constata lui même que malgré ses quelques semaines passé ici, il n’en savais pas tant que sa sur son agent. Elle avait un caractère plutôt excentrique, pas organiser pour un sous, elle était social, drôle et gentille. Cette maison, qu’il avait acheter pour Shanon et Kelly, était rester vide trop longtemps, et que la venu d’Ellie avait changer tout cela. Il avait c’est habitude elle avais les siennes. Mais il avait réussi a se rapprocher et entretenir quelque choses. Il reporta son attention sur elle, de son point de vu elle etait en train de regarder ses émail sur son téléphone. Sa poitrine onduler tranquillement sous sa respiration ce qui lui rappela qu’il l’avais vu toute nu, il préféra oublier ce moment et continua sa vaisselle. Quand il eu fini, il la vit dans la salle a manger en train de mettre son blouson, Gibbs posa le torchon et s’approcha

«  Et bien voilà. Dit elle

      • Le départ. Dit il en souriant, sans la lâcher du regard. »

Elle le fixer. Il la fixa. Elle s’approcha de lui. Pres, trop près. Gibbs ne bougea pas d’un millimètre et attendit. Eleanor sourit nerveusement ce coup ci. Jethro se contenta de la regarder. Comme a son habitude. En silence.

« Merci beaucoup, vous êtes un hôtes extra-ordinaire. Vraiment. Merci beaucoup.

      • Merci a vous. Vous avait fait revivre cette maison.

      • En faite vous savez faire des phrases longue. Dit elle sous les éclats de rire de son patron

      • Oui ça m’arrive. »

Il saisit deux des trois bougies sur la table et les souffla. Puis il se tourna vers elle, la pièce était plonger dans une semi obscurité, tel la fin d’une scène de théâtre. Comme si, on ranger le décor. Petit a petit. Seul le feu, dans la cheminer offrais une autre source de lumière ainsi que la dernière des bougies sur la table. Elle s’approcha encore et le pris sans ses bras. Il se rappela le jour ou il l’avait engager, elle avait fait la même choses, le même geste. Gibbs, sourit. Et laissa faire. Elle ferma les yeux deux minutes et les ouvrit a nouveaux. Puis recula. Mais ne s’écarta pas, les yeux dans les yeux. Le Minnesota face à l’Oklahoma. Elle sourit et après une hésitation soudaine, elle déposa un baiser sur les lèvres de Gibbs. Ce dernier ne réagis pas immédiatement, il s’écoula un instant, une petite minute avant qu’il reproduisent ce qu’il venait de recevoir. Elle ferma les yeux, essayant de ne pas rougir. Il leva les yeux au ciel et resta silencieux, puis il dit.

« Règle numéros 12 ? dit il avec le plus grand des sérieux.

      • Qui vous dit que je veut juste sortir avec vous ? » Répondi-t-elle, le sourire au lèvre.

Suite à cela, sous le regard de son patron, elle se pencha sur le coter non sans le lâcher et souffla la dernière bougie qui rester, les plongent dans l’obscurité.

F I N

Sarcophage, une tragédie de... |
Carnetdelecture5erenato |
Spy2900 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire à Nieuil l'Es...
| quochuy01
| Philosophie