Lettre 01 – Abraham Lincoln

27 octobre 2018

Lettres

 

 

Monsieur le Président,

Très cher Abraham,

 

Si vous aviez ne serait-ce qu’un instant à m’accordai. De votre discoure à Gettysburg, vous faite état, je cite de : « Nous sommes maintenant engagés dans une grande guerre civile, épreuve qui vérifiera si cette nation, ou toute autre nation ainsi conçue et vouée au même idéal, peut longtemps la subir. Nous sommes réunis sur un grand champ de bataille de cette guerre. Nous sommes venus consacrer une part de cette terre qui deviendra la dernière demeure de tous ceux qui moururent pour que vive cette nation. Il est à la fois juste et digne de le faire. ».

 

Si vous aviez le temps de voir l’état du monde aujourd’hui. De votre idée de « nation », forte, soudé. Il ne reste que des mots, le plus triste, c’est que des millions d’américains, et autres nationalitées, se bouscule sans aucune conviction profonde pour lire vos notes, discours et autre parole sage que vous avait prononcé de votre vivant. Ce n’est même plus d’aucun intérêt. Vous avait accompli de grande choses à partir de rien et compris beaucoup alors que certain, du haut de leur études aujourd’hui ne sont pas capable de comprendre le malheur des autres. Et ce sont ses gens, Monsieur, qui dirige notre monde.

 

Notre monde, est je pense, sur certains points tel que vous l’avez connu de votre vivant. Mais, à l’heure d’aujourd’hui la forme la plus sombre qui existe de ce moment c’est le « terrorisme », je sais monsieur que par votre « foi » en vers votre peuple vous avait mit fin, a un des plus grand conflit au seins même de votre pays. La question qui me brûle les lèvres, est de vous demandez, ce que vous, vous auriez fait si vous aviez connu ce genre d’horreur ?

 

Vous êtes, sans aucun doute le genre d’hommes politique, qui, me passionne vraiment, votre courage, das cette guerre, qui a mit presque deux mandat, a être éteinte, une guerre, que vous avez hélas, déclenchez vous même. Certes vous étiez jeune, nouveaux députer, mais vous avez voter des loi, qui enlever des privilège au hommes qui n’était pas blanc, vous étiez d’accord sur le fait de chasser, ce qui est pour moi, l’Américain, le vrai. Celui qui a une plume dans les cheveux. Mais, en donnant liberté au « esclaves » d’Amérique vous avez prouvez que les hommes politiques avait le pouvoir « de vraiment changer les choses en bien ».

 

Vous êtes un source d’inspiration pour moi. Et je n’oublierai jamais votre combat. Je vous souhaite une très bonne journée vous avait sûrement a faire, de là où vous êtes. Veuillez, Monsieur le Président, recevoir mes salutation les plus distingués, ainsi que les plus amicales.

 

 

Votre, loyal, dévoué et admirateur.

 

Mistral.

 

 

 

 

 

Sarcophage, une tragédie de... |
Carnetdelecture5erenato |
Spy2900 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoire à Nieuil l'Es...
| quochuy01
| Philosophie